Cégep
Campus de Longueuil
ENA
Centre Sportif
Fondation
CTA
Étudiants actuels
Futurs étudiants
Adultes
Entreprises
Communauté
Sports
Socioculturel
Réalisations
Reconnaissance
Recherche
En vedette
Portes ouvertes au jardin d’enfants du Cégep

2 mai 2019 — Le 15 mai 2019, tous les parents d’enfants âgés de deux ans et demi à cinq ans sont invités à découvrir un endroit stimulant au Baobab, le jardin d’enfants du Cégep.  

Des places sont disponibles dès la rentrée d’août 2019. L’éducatrice, Sonia Gosselin, sera sur place pour recevoir les parents et leurs enfants, de 15 h à 19 h, au cégep Édouard-Montpetit (180 rue De Gentilly Est, Longueuil) et leur faire découvrir les lieux.

Parfait pour des horaires et des besoins flexibles

Le jardin d’enfants Le Baobab du Département de techniques d’éducation à l’enfance du cégep Édouard-Montpetit est l’endroit idéal pour les parents ayant des besoins flexibles pour la garde de leurs enfants.

Il est ouvert pendant quinze semaines chaque automne et chaque hiver, à raison de deux journées complètes, les mardis et les jeudis, et de deux demi-journées, les lundis et les mercredis. Sous la supervision de l’éducatrice qualifiée, plusieurs activi

2019-04-09-CEMP-46Crédit-Maxence-Mounier.jpg

tés éducatives et ludiques sont offertes aux enfants dans un environnement riche et stimulant pour qu’ils se développent et apprennent en jouant, en découvrant et en socialisant.

Parents et enfants comblés 

« Le paradis des enfants, c’est Le Baobab ! Son éducatrice d’expérience offre des activités créatives à la tonne, de l’écoute et de la bienveillance. Ils ont tout pour être heureux », témoigne Érika Blais Adam, maman de Florence, cinq ans, qui fréquente Le Baobab depuis deux ans. Pour l’instant, elle partage son temps entre la maison et du bénévolat pour la fondation et la bibliothèque de l’école de son fils plus âgé et ses besoins sont comblés par Le Baobab.  

« Ça crée un bel équilibre », soutient celle qui a eu vent de l’existence du jardin d’enfants par l’entremise de parents rencontrés au parc près de chez elle.

Une tradition familiale

Ne pas avoir à choisir entre passer du temps de qualité avec sa fille et lui permettre de socialiser avec d’autres enfants est aussi ce que recherchait Stéphanie Pelletier quand elle a inscrit sa fille Sophie au jardin d’enfants, il y a deux a2019-04-09-CEMP-41Crédit-Maxence-Mounier.jpgns.

Enceinte de son quatrième enfant, Stéphanie Pelletier, travailleuse sociale, prévoit déjà inscrire celui-ci au Baobab le moment venu. Ses deux enfants plus âgés, qui sont maintenant à l’école primaire, ont eux aussi fréquenté Le Baobab.

« Les enfants se sentent rapidement à l’aise dans le jardin d’enfants, soutient-elle. L’espace est aéré et lumineux et tout est à leur disposition pour qu’ils développent leur autonomie. »

Des liens avec les parents

Les expériences vécues par les enfants au Baobab sont régulièrement communiquées aux parents par l’éducatrice. Par ces échanges, celle-ci a un souci d’établir avec chaque parent un lien de confiance et une bonne communication.

De plus, une rencontre de groupe est organisée en début d’année pour présenter aux parents le programme éducatif du Baobab. Une fête de fin d’année et une fête de Noël réunissant parents et enfants ont aussi lieu tous les ans.

Contribution à la formation de futures éducatrices

En plus de favoriser le développement des bambins, le jardin d’enfants Le Baobab contribue également àBaobab---CP---Crédit-Maxence-Mounier.jpg la formation des futures éducatrices qui étudient en Techniques d’éducation à l’enfance du Cégep. Dans le cadre de certains cours, la salle, munie d’un miroir sans tain, leur permet d’observer les interactions entre l’éducatrice et les enfants. Elles sont aussi appelées à faire des microstages avec les enfants, sous la supervision de l’éducatrice.

« C’est très intéressant pour leur parcours scolaire. Cela leur donne des exemples concrets pour le volet interventionnel et c’est une opportunité pour elles de tisser des liens avec les enfants, affirme Mme Pelletier. Je n’ai pas l’impression que ça dérange les enfants quand elles viennent faire des activités parce que l’éducatrice les prépare très bien à leur venue. »

« Ça permet aux enfants de s’ouvrir et de s’adapter à d’autres personnes que l’éducatrice et, en même temps, ça aide les étudiantes à devenir meilleures », renchérit Érika Blais Adam.

Pour une place au Baobab

945, chemin de Chambly, Longueuil, QC J4H 3M6

Local C-11 

450 679-2631, poste 2326 ou 2329

http://www.cegepmontpetit.ca/baobab

(Crédit des photos: Macxence Mounier.)

Plan du site
© Cégep Édouard-Montpetit, 945 chemin de Chambly, Longueuil
450 679-2631
Création du site web MG2 Media | Connexion
Message
Error